Le rafraîchissement des éditions, c’est aussi une dimension importante du développement des collections.

ancienneChaque année on fixe des objectifs dans le développement des collections. Cette année l’un des objectifs consistait à rafraîchir toute la collection de littérature française et étrangère.  Avec le temps, certaines éditions jaunissent ou avec le prêt répété, ils sont légèrement abîmés. Dans d’autres cas, certains auteurs ne sont plus au programme ou ne suscitent plus un grand enthousiasme comme Paul Claudel. L’occasion est bonne de retirer ces livres et dans certains cas, de les remplacer par des éditions récentes ou des anthologies d’œuvres complètes.IMG_1196

Nous avons racheté 71 livres et nous avons élagué plus de 345 titres!

Voici quelques éléments à considérer :

  1. On ne rachète pas tout. Parfois un ou deux titres d’un auteur présentent encore un intérêt au XXIe siècle. C’est le cas d’Hervé Bazin avec Vipère au poing. Les catalogues d’éditeurs sont utiles pour identifier ces titres.
  1. On rachète des anthologies ou œuvres complètes : c’est le cas de Mauriac (Pochothèque), Marcel Aymé (Quarto Gallimard) ou tout Pagnol chez de Fallois ou Guitry chez Omnibus. Image2
  2. Certaines éditions sont plus complètes ou pertinentes avec un dossier sur l’auteur ou l’intérêt de l’œuvre. C’est le cas de Folio Dossier ou Cahiers rouges chez Grasset.
  1. Dans certains cas, notamment la collection NRF de Gallimard, il peut être utile de faire relier certains livres s’ils n’ont jamais été réédités.

Cette opération permet de rendre nos rayons plus attrayants en retirant les plus livres jaunis et les remplaçant avec des éditions neuves. l’élagage de toute manière fait partie des opérations courantes d’une bibliothèque. On contribue ainsi à améliorer le l’image de la bibliothèque comme lieu ou on retrouve du neuf. Aussi, on fait de l’espace pour les nouveaux achats. On va poursuivre avec la littérature québécoise et canadienne en 2015-16.

Ainsi en va-t-il du quotidien dans une bibliothèque collégiale …

Ce contenu a été publié dans Développement des collections, élagage, livres, Romans. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le rafraîchissement des éditions, c’est aussi une dimension importante du développement des collections.

  1. Pierre Legendre dit :

    Faut -il vraiment élaguer de vieux livres simplement parce qu ils sont pas empruntés? je ne crois pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *