La lecture des rayons: une opération essentielle!

C’est bien d’offrir beaucoup de livres, mais encore faut-il pouvoir les retrouver en rayons!

En début de session, dans les bibliothèques académiques, beaucoup d’heures sont consacrées à la lecture des rayons. Une tâche répétitive qui sollicite un bon niveau d’attention, de l’acuité visuelle et de surtout beaucoup de ténacité.

En quoi consiste cette opération? Tout simplement de passer en revue, toutes les étagères de la bibliothèque et valider si les livres sont bien rangés en vérifiant chaque cote. Plus précisément : «  La lecture des rayons consiste à examiner la cote de chaque document pour vérifier si le document a été placé au bon endroit sur le rayon. » (Service des bibliothèques de l’Ontario du Sud).IMG_1535

Pourquoi certains livres ne sont pas à leur place? Il faut savoir que les étudiants replacent souvent eux-mêmes les livres en rayons lors de leurs recherches. Dans certains cas, les livres rangés par les usagers se trouvent sur la bonne tablette, mais pas à leur place et parfois sur une autre tablette. Il y a aussi les erreurs lors du rangement des livres par le personnel régulier ou étudiant. Les erreurs, même si elles sont rares, font que certains livres se trouvent à un indice limitrophe (849.9 plutôt que 843.9 ou 631,7 plutôt que 671.7) ou ailleurs.

Un travail d’équipe et modulé. Le plus simple est de procéder à cette opération avec l’ensemble du personnel de soutien, de cette manière tout le monde participe activement à ce travail collectif.  Il faut aussi tenir compte de la fatigue visuelle et en ce sens des périodes maximales de deux heures, suivies ou ponctuées d’une pause ou de quelques arrêts, permettent d’effectuer ce travail avec plus d’efficacité.

Les suivis de cette opération. Cette opération permet avant tout de s’assurer que les livres et les CD/DVD figurant au catalogue sont bel et bien à leur place. On range alors les documents mal classés. Au cours de l’année, il arrive occasionnellement que l’on ne trouve pas un livre. Un registre de ces éléments manquants (livres et documents audiovisuels) est colligé. Au cours de la session, on utilise un calendrier de lecture des rayons pour indiquer où on est rendu et quelles sections ont fait l’objet d’une validation récente. En plus de valider régulièrement au cours de la session, on profite de la lecture des rayons pour vérifier si les éléments catégorisés perdus au registre ne sont pas revenus à leur place.  C’est aussi l’occasion de racheter ces titres ou de radier les notices.

Il arrive également que les techniciennes, ayant une plus grande expérience de la question de l’élagage, identifient des documents pouvant être élagués, notamment d’anciennes éditions de livres.

Explications détaillées de l'Univ. Laval.

Explications détaillées de l’Univ. Laval.

Finalement, dans certains cas, la lecture des rayons peut être faite parallèlement avec l’inventaire. Dans ce cas, on scanne tout simplement les codes à barres et une opération complexe, mais bien décrire par nos collègues  Marcela Folea et Stéphanie Binette du Collège de Rosemont, permet d’associer efficacement les deux opérations.

———–ajout : Ma collègue du Cégep de Rivière-duLoup Joanne Laforest propose une version plus récente de cette opération avec des éléments s’adressant à tous et d’autres pour ceux ayant un SIGB Koha : Procédure complète pour lecture de rayons et inventaire de la collection .

Certaines grandes bibliothèques fonctionnant avec un système à puces (Edmonton et BANQ) procèdent rapidement et efficacement à la lecture des rayons en scannant toutes les étagères. Un livre mal rangé sera automatiquement identifié par le fusil lecteur de puces.

On profite de la lecture des rayons pour partager équitablement entre les tablettes, les livres pour en arriver à une utilisation maximale de 70% de l’espace. On évite ainsi les tablettes remplies à 100% qui rendent impossible l’ajout d’autres documents.

Le facing. Une autre opération, le « facing » relevant du commerce de détail est plus esthétique, mais elle donne l’image d’une bibliothèque en ordre. Il s’agit simplement de passer toutes les étagères en revue et de placer les livres bien droits sur le rebord des tablettes. Cette opération est réalisée par des salariés-élèves ou des stagiaires en insertion au travail.

Des livres bien rangés sont des livres repérables et facilement accessibles.

Des livres bien rangés sont des livres repérables et facilement accessibles.

 

En conclusion, l’opération de la lecture des rayons, que l’on peut répéter occasionnellement pour des sections plus sollicitées, est une activité essentielle au bon fonctionnement d’une bibliothèque. Une lecture des rayons faite régulièrement permet de s’assurer que tous les documents de la bibliothèque se trouvent au bon endroit et qu’ils sont faciles à retrouver.

Et vous qu’elle importance accordez-vous à cette opération? Avez-vous toujours les ressources humaines nécessaires pour procéder à cette opération?  Utilisez la section « commentaires » pour faire part de votre approche dans cette activité.

Ainsi en va t il de la vie au quotidien dans une bibliothèque collégiale ….

Ce contenu a été publié dans inventaire, Lecture des rayons, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La lecture des rayons: une opération essentielle!

  1. dmarquis dit :

    En réponse à une question posée … À notre biblio, la lecture est complétée. La bibliothèque était fermée 3 jours et en 4 jours tout était complété. Merci à toutes celles qui ont participé à cet effort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *